Informations sur le Bruit au Travail

Nuisances au travail : évolution de l’exposition au bruit

© Erik - Fotolia.comEn 2012, 3 millions de salariés français étaient exposés à des niveaux de bruit considérés comme nocifs sur leur lieu de travail et de manière prolongée. Des études sont régulièrement menées afin de déterminer la proportion des salariés exposés et les niveaux sonores auxquels ceux-ci sont soumis. L’enquête SUMER, conduite en 1987, 1994, 2003 et 2010 permet de suivre l’évolution de l’ensemble des expositions professionnelles des salariés. La DARES a publié en février 2013 les conclusions qu’elle a tirées de la dernière enquête en en mars un rapport comparatif sur les résultats des 3 dernières enquêtes.

 

L’enquête SUMER (SUrveillance Médicale des Expositions aux Risques professionnels), lancée conjointement par la Direction du travail et la Direction de l’Animation de la Recherche, des Etudes et des Statistiques (DARES), est un outil d’évaluation des expositions en milieu professionnel. Elle permet de conduire une réflexion suivie, de lancer des projets de recherche avec les organismes concernés, de mettre au point des outils de repérage et de définir les actions de prévention prioritaires.

 

Aspects abordés par l’enquête SUMER

Forte de 20 pages en 2010, l’enquête est plutôt dense et touche une large palette des aspects de la vie professionnelle :

  • Caractérisation de l’entreprise
  • Fonctions de l’employé
  • Organisation du travail, temps de travail
  • Rythme de travail
  • Autonomie, encadrement
  • Evaluation du travail
  • Exposition aux nuisances sonores
  • Nuisances thermiques
  • Exposition aux radiations et aux rayonnements
  • Manutention de charges
  • Contraintes posturales
  • Vibrations
  • Conduite de véhicules
  • Agents chimiques
  • Poussière
  • Gaz et fumées
  • Matières plastiques
  • Pesticides
  • Solvants
  • Agents biologiques
  • Contact avec des animaux

 

Le BTP, l’industrie et l’agriculture restent en tête des activités les plus bruyantes

De l’étude SUMER conduite en 2010, il ressort que la proportion des salariés lourdement exposés au bruit (supérieur à 85 dB(A) à raison de 20 h/semaine ou plus) est stable depuis 1994 à près de 5%  mais que la part de ceux-ci ne possédant pas de protection auditive est passée de 2 % en 1994 à 1 % en 2010. L’ensemble des catégories professionnelles est touché, avec une forte occurrence dans les secteurs de l’industrie et de la construction. Les établissement de 200 à 500 salariés sont les plus touchés et le rapport hommes/femmes est évalué à 10 % contre 2 %.

Les activités critiques du point de vue bruit sont en premier lieu la construction et ensuite, à égalité, l’industrie et l’agriculture, comme on peut le constater à la lecture du tableau ci-dessous.

Tableau tiré de http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2013-010.pdf

 

Evolutions dans le temps

La répétition de l’enquête selon le même canevas permet de voir l’évolution des nuisances au travail. Une comparaison des résultats de 1994, 2003 et 2010 permet de tirer quelques tendances :

Temps de travail à la baisse

Le temps de travail a baissé de façon systématique pour toutes les activités, par contre le travail les week-ends ou les jours fériés reste sensiblement au même niveau.

Le travail posté a évolué de façon divergente selon les secteurs d’activité. Il concerne principalement l’industrie (près d’un tiers des travailleurs postés) où il est resté presque constant durant la décennie passée. Tout en touchant une minorité des travailleurs de l’agriculture, de la construction et du tertiaire, il a augmenté dans ces secteurs !

Harcèlements divers et dévalorisation du travail plus visibles

Sur l’ensemble des salariés, on note une augmentation significative du ressenti de comportements hostiles, qui touche plus de 2 employés sur 10 en 2010. On peut toutefois se demander si le fait d’être un sujet de société passablement débattu ces dernières années n’a pas contribué à exprimer des situations qu’on taisait auparavant.

Risques chimiques en reflux

Ils semblent être passé par un pic en 2003 avec 37% des employés concernés, tous secteurs confondus. La proportion est retombée en 2010 à 33,5% soit un peu moins que le chiffre de 1994.

Craintes face aux risques biologiques

Les expositions à des agents biologiques qui ont progressé de moitié pour inquiéter 18,6% des employés en 2010. Autant les médecins du travail que les salariés sont sensibilisés aux risques d’épidémies (grippes par exemple) et craignent en particulier le contact avec le public.

Risques physiques en baisse

Les postures physiques pénibles, la manutention, les positions et efforts sont tous notés à la baisse continue sur les 20 années passées. Il n’en reste pas moins que 4 employés sur 10 s’en plaignent encore en 2010 !

Travail intensif sur écran plus fréquent

Sans surprise, le travail sur écran à raison de plus de 20 heures par semaine est en hausse à 22,6%, mais il touche toujours majoritairement les professions intellectuelles, intermédiaires et administratives.

Exposition au bruit à des niveaux sonores supérieurs à 85 dB(A)

La prévention et l’amélioration des postes de travail ont permis de réduire les risques physiques et chimiques. On pourrait s’attendre à ce que le risque bruit ait suivi les mêmes évolutions… C’est pourtant l’inverse que nous démontrent les chiffres SUMER.  

Plusieurs hypothèses peuvent rendre compte de cette évolution :

  • L’évolution de la législation a sensibilisé les employés concernés, leur encadrement et les médecins du travail. Le repérage est donc plus précis.

  • Les équipements utilisés sur les chantiers de construction ont évolué notablement pendant la période 1994-2003, dans le sens d’un accroissement de taille des engins de chantier. Des modifications dans l’organisation et dans la durée des chantiers ont intensifié l’activité instantanée (plus d’équipements en action simultanément).

  • L’accroissement des cadences dans les process industriels a augmenté la puissance sonore des équipements de production, malgré l’amélioration qualitative des équipements et de leurs composants. Cet effet est connu dans l’industrie du carton ondulé.

Tableau : bruit dans les secteurs agriculture, industrie et construction

Rappel – effets du bruit

L’effet le plus connu de l’exposition au bruit est la perte auditive, mais elle peut aussi augmenter les risques d’accident et le stress. Un son aigu est plus dangereux qu’un son grave, un son pur (une seule fréquence) est plus traumatisant qu’un son complexe et un son impulsionnel est plus agressif qu’un son progressif. Ces paramètres sont modulés par l’âge, la vulnérabilité individuelle et l’association à d’autres nuisances (thermiques, chimiques, contraintes posturales ou articulaires) qui sont autant de facteurs aggravants. La détermination d’une situation d’exposition potentiellement néfaste pour la santé se fait par mesure du niveau cumulé, à savoir le niveau sonore additionné au temps d’exposition. Les niveaux sonores courants se mesurent en décibels (dB) avec une pondération de filtre A, dB(A), alors que les bruits élevés (bruits impulsionnels) se pondèrent avec le filtre C – dB(C). Une douleur apparaît dès 120 dB(A), mais la fatigue auditive se manifeste à des seuils bien en deçà et se traduit par une baisse temporaire de l’acuité auditive avec ou sans présence d’acouphènes. Le seuil réglementaire des bruits nocifs a été abaissé à 80 dB(A) en 2006 et une exposition trop fréquente a pour effet de rendre les troubles définitifs avec des pertes auditives pouvant aller jusqu’au handicap.

L’employeur a obligation d’évaluer l’exposition au bruit et d’effectuer des mesures acoustiques (sonométrie pendant les phases de travail significatives et exposimétrie en continu).

La législation impose des mesures de prévention articulées autour de seuils à respectivement 80 dB(A) ET 85 dB(A).

 

Sources

http://travail-emploi.gouv.fr/etudes-recherches-statistiques-de,76/statistiques,78/conditions-de-travail-et-sante,80/les-enquetes-surveillance-medicale,1999/l-enquete-sumer-2010,15981.html

http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2013-010.pdf

http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2012-023-2.pdf

http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/Publications_PIPS_25.3_juin_2003_bruit_au_travail.pdf

http://www.bruit.fr/images/stories/pdf/fiche_bruit_milieu_travail.pdf

http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2012-023.pdf

Pdf imagerie acoustique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Web news
No feed items found.
Tags
Contact

Delaunay SAS, éditeur de protection-bruit.fr :

Tél. 33 3 44 07 30 60

ou utiliser le formulaire de contact

Suivre Delaunay SAS, solutions d’insonorisations acoustiques sur mesures :

  logo LinkedIn    logo Viadeo    logo Facebook