Informations sur le Bruit au Travail

ANALYSE PRÉALABLE

Où sont les sources de bruit ?Lorsqu’on est confronté à un problème de bruit au poste de travail, il est indispensable de faire un constat global avant de penser aux solutions applicables. Il faut en premier lieu identifier les sources de bruit et mesurer l’exposition au bruit sur les postes de travail. La recherche d’une solution appropriée s’appuie enfin sur une parfaite compréhension des contraintes opérationnelles.

Ce constat permet d’évaluer les possibilités d’améliorations. C’est généralement une combinaison de mesures, parmi lesquelles l’implantation d’un encoffrement, qui permet de ramener le bruit au poste de travail à un niveau acceptable.

CONTEXTE GLOBAL

Le tableau ci-dessous résume les mesures possibles de façon générale. Ce même tableau peut être utilisé pour caractériser une situation particulière.


MACHINE

ENVIRONNEMENT

PERSONNEL

SOURCE Réparations de composants
Changement de composants
Capotage
Changement de vitesse ou de cadence
PROPAGATION Découplement (amortisseurs, silent blocs)
Silencieux
Encoffrement
Pose d’écrans ou de parois absorbantes
RECEPTION Traitement du bâtiment (surfaces absorbantes, cloisonnement de parties d’atelier) Réaménagement de poste (déplacement du poste de travail, automatisation de tâches)
Changement d’organisation du travail (réduire les heures d’exposition)
Cabine opérateurs
Protections individuelles

Tableau – actions de réduction du bruit dans un environnement industriel

 

ETAPES DE L’ANALYSE PREALABLE EN VUE D’UN ENCOFFREMENT

REDUCTION DU BRUIT A LA SOURCE

L’entreprise doit explorer toutes les possibilités de réduire le bruit à la source. Très souvent, on réduit le bruit émis de façon significative en appliquant quelques mesures élémentaires : installer des amortisseurs, remplacer des roulements et des courroies, ajouter des silencieux sur les échappements, remplacer un ventilateur, changer des éléments de circuits hydrauliques, …

Certains équipements auxilliaires, tels des ventilateurs ou un groupe hydraulique, peuvent être déplacés et placés derrière des cloisons ou dans des locaux techniques où ne passent pas les opérateurs.

MESURES AUX POSTES DE TRAVAIL

Exemple de cartographie bruitDes mesures prises dans diverses conditions de charge, voire des cartographies complètes sont nécessaires pour que le spécialiste puisse faire des préconisations. Les grandes entreprises sont équipées en interne de moyens de mesure et disposent d’ingénieurs formés en acoustique ou mandatent des bureaux d’études acoustiques spécialisés. Les PME font souvent appel à la médecine du travail ou à la CARSAT locale, ou elles mandatent leur prestataire habituel d’inspection, de certification ou de formation technique (Apave, Bureau Veritas, Socotec, Dekra, etc).
Les constructeurs d’encoffrements peuvent aussi réaliser ces mesures ou faire appel à des bureaux d’études tiers pour les problèmes complexes.

 

ANALYSE DU PROCESSUS OPERATIONNEL

Croquis de travail pour un encoffrementPlans

Il est primordial de travailler sur un relevé précis des équipements. Les plans ne sont pas toujours disponibles, ils sont incomplets ou pas à jour. Il s’agit donc de les réaliser pour la configuration caractérisée par la cartographie acoustique.

Flux matières et pièces

Les chemins des matières premières et des semis-finis, en entrée et en sortie de ligne, de même qu’entre chaque machine ou composantes de la ligne, doivent être repérés et documentés aussi précisément que possible. Il faut aussi relever la position des convoyeurs et vérifier s’ils sont fixes ou mobiles. Les encombrements des pièces entrantes et sortantes doivent aussi être répertoriés pour permettre le dimensionnement des tunnels acoustiques.


Fluides

L’ensemble de la « tuyauterie » d’alimentation des machines en électricité, eau, gaz, etc et leur évacuation, celle d’amenée d’éventuels produits auxiliaires (granulés, liquides, peintures, etc) pose souvent des problèmes aigus. Ce sont généralement des conduits fixes, donc facile à traiter de ce point de vue, par contre ils sont responsables de la propagation solidienne du bruit. On discutera de ce point dans le chapitre « liaisons ».


Accès de maintenance

La fréquence des opérations de maintenance, les accès et l’espace nécessaires sont des aspects déterminants pour la conception d’un encoffrement, pour éviter que réduction de bruit ne rime avec perte de productivité. Il faut éventuellement prévoir de pouvoir démonter certaines parties de l’encoffrement.


Emissions acoustique des équipements

L’implantation d’un encoffrement impose de tenir compte des émissions et rejets de la machine traitée : dégagement de chaleur, rejets de vapeurs ou de poussières, émissions de solvants. On en tiendra compte en plus du besoin de ventilation propre à un espace clos.


Mouvements des opérateurs

Il s’agit du relevé le plus important, puisque la réduction du bruit vise essentiellement à protéger le ou les opérateurs présents autour des sources de bruit. On relèvera les emplacements des postes de travail, de même que les passages d’auxilliaires, de caristes, etc, nécessités par les opérations. On tiendra compte de l’impact sur le process et l’ergonomie. Les besoins et les contraintes sont ajoutées au cahier des charges global.


Contraintes spécifiques

Certaines industries imposent des contraintes particulières, liées à la qualité de l’air : degré d’empoussièrement contrôlé, stérilité ou conditionnement en « salle blanche » ). L’industrie pharmaceutique, l’agroalimentaire, la production microélectronique en sont des exemples courants.

Les types d’encoffrement (traitement des liaisons et des joints, …), les matériaux choisis (par exemple matériaux sans largage de poussières, surfaces en inox, …), la réalisation (assemblages soudés, bords arrondis, …) auront un impact sur la faisabilité et, le cas échéant, sur les coûts de fabrication et d’installation.


PRECONISATIONS

vue 3D d'un projet d'encoffrementUn encoffrement est-il adéquat ? Lorsqu’un capotage s’avère impossible à installer du fait des exigences opérationnelles, il peut être nécessaire d’envisager des modifications de processus. A défaut, des solutions alternatives seront mises en oeuvre : pose de cloisons, ajout de plafonds absorbants, utilisation d’écrans, etc.
Dans certains cas, ce sera l’ensemble du bâtiment qui devra être traité. A noter qu’un bâtiment traité
acoustiquement dès sa conception représente un surcoût de 20 % en moyenne !
Sur des lignes complexes, il sera souvent nécessaire de réaliser un ou des encoffrements partiels.

Sur la base de l’analyse préalable, le spécialiste pourra délimiter l’emplacement de l’encoffrement et concevoir ce dernier en tenant compte du découplage, de l’absorption du bruit à l’intérieur, de la suppression des fuites et du traitement des ouvertures.

Certains prestataires (bureaux d’études, constructeurs d’encoffrements) assortissent leurs préconisations de solution de réduction de bruit de garanties de résultat.

 

 

 

 

Dossier ENCOFFREMENTS

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Web news
Tags
Contact

Delaunay SAS, éditeur de protection-bruit.fr :

Tél. 33 3 44 07 30 60

ou utiliser le formulaire de contact

Suivre Delaunay SAS, solutions d’insonorisations acoustiques sur mesures :

  logo LinkedIn    logo Viadeo    logo Facebook